Bien conserver ses vins… mais quels vins?

Bien conserver ses vins… mais quels vins?

Un des sujets sur lequel on tombe souvent lorsque l’on s’intéresse au vin (et vous vous doutez que chez Caveasy, on s’y intéresse) tourne autour des conditions de conservation de ses vins. 

“Comment bien conserver son vin?” est une des questions les plus posées et les plus traitées.

Une abondante production de billets, posts, articles, répond d’une voix quasi unanime que pour bien conserver son vin il faut : “maintenir les bouteilles à l’horizontale, à une température constante entre entre 10 et 14 degrés avec un taux d’humidité entre 55 et 75% le tout à l’abri de la lumière, des vibrations et des odeurs”.

La messe est dite et inutile de penser que l’on peut avoir une réserve de vin à la maison à moins d’avoir une cave naturelle, un pièce aménagée dédiée ou une armoire réfrigérée.

Chez Caveasy lorsqu’on tombe sur une telle unanimité, cela éveille notre curiosité. 
On se dit que soit on tient là une vérité absolue (et c’est bien pas parce qu’on peut construire des choses sur une vérité absolue), soit il y a quelque chose à creuser (et c’est cool aussi parce qu’on aime bien creuser)

Ici, on sort la pelle et on se met au boulot.

Avant de nous intéresser à la question, voyons la réponse.
Pour ceux qui voudraient comprendre les tenants et les aboutissants de ce mantra, voici quelques explications, pour les autres vous pouvez directement passer au paragraphe suivant.

  1. Maintenir les bouteilles à l’horizontale : le bouchon est ainsi toujours humide et ne se dessèche pas. Cela limite les échanges d’air entre l’intérieur et l’extérieur de la bouteille qui perturberait le vieillissement du vin voir l’amenait à “se piquer”
  2. Une température constante entre 10 et 14 degrés : le processus de vieillissement du vin est directement lié à la température ambiante. Des températures basses et constantes ralentissent le processus et donc étirent la période de garde
  3. Un taux d’humidité entre 55 et 75% : le taux d’humidité influe lui aussi sur l’état du bouchon (voir point 1)
  4. A l’abri de la lumière : la lumière perturbe le processus de vieillissement du vin en détruisant ou en altérant certains éléments
  5. A l’abri des vibrations : les processus à l’œuvre lors du vieillissement supportent mal l’agitation donc moins ça bouge et mieux ça se passe
  6. A l’abri des odeurs : certaines odeurs trop fortes peuvent se transmettre sur le long terme au vin et gâter celui-ci

Pas grand chose à dire sur ces points, on nage en pleine chimie moléculaire qui fait qu’un bon vin devient un très bon vin avec le temps.

Maintenant que nous connaissons la réponse, attachons-nous à la question : Comment bien conserver son vin?

Il y a là un malentendu ou plutôt un raccourci qui va introduire un biais dans la réponse.
Lorsque la question de “comment bien conserver son vin” est posée on oublie de préciser que par « conserver » on entend “conserver longtemps” et cela fait toute la différence.

Un des particularismes de la consommation française est de perpétuer une pratique consistant à laisser vieillir le vin avant de le boire. La pratique n’est pas récente mais c’est certainement en France qu’elle est la plus développée. Il ne s’agit pas là d’attendre quelques mois avant de boire le vin que l’on a acheté mais plutôt d’oublier volontairement le vin plusieurs années afin de lui laisser le temps de vieillir et de développer son potentiel. On parle alors d’apogée.
Cela ne fonctionne pas avec tous les vins. Il faut que celui-ci réunisse, tant dans les cépages qui le composent que dans la façon dont il a été élaboré, un certain nombre de critères.
Ainsi il y a les vins que l’on garde (ou que l’on peut garder) et les vins qui sont à boire dans l’année (ou presque) de leur production.
Le temps de garde varie en fonction des vins mais pour faire simple on pourrait définir des vins de moyenne garde qui se conservent entre 5 et 10 ans, de longue garde entre 10 et 20 ans et de très longue garde au-delà de 20 ans.
Les experts s’accordent à dire que 5 à 10% des vins s’améliorent après 1 an et seulement 1% s’améliorent après 5 à 10 ans.

La question qui nous préoccupe pourrait être reformulée ainsi : Comment conserver ses vins pendant plus de 5 ans pour s’assurer qu’ils vieillissent correctement ?

Les vins concernés par la problématique (et par conséquent par la solution proposée) sont donc ceux qui pourront attendre 5 ans ou plus pour être dégustés.
Même si en France nous avons la chance d’avoir pas mal de vins entrant dans cette catégorie, il n’est pas sûr que cela représente la totalité des vins que l’on consomme à la maison.

Avouez que ça change tout.

Faut il pour autant faire fi des conseils et peut-on stocker son vin sur la terrasse en plein soleil?
Bien sûr que non

Doit-on descendre la clim de son appartement à 12° et le transformer en champignonnière pour pouvoir avoir du vin à la maison?
Pas plus.

Si l’on a la possibilité de garder son vin dans les conditions adaptées au scénario le plus exigeant, on est à l’abri de toute surprise et les réponses apportées à la question initiale sont un moyen de ne pas avoir à approfondir le sujet en gros, qui peut le plus peut le moins.

Mais si l’on ne peut pas réunir ces conditions doit-on pour autant renoncer à avoir un stock de vins à la maison?
Surement pas! Il est tout à fait possible d’entretenir un stock de vin à son domicile (et pas forcément rangé dans une Caveasy, même si c’est mieux 😉 ) en faisant attention à mettre son vin à l’abri de la lumière (un placard, une pièce sombre, un endroit qui n’est pas directement exposé au soleil) et surtout en choisissant des vins que l’on consommera dans l’année. Là aussi, nous avons en France accès à une large palette de vins qui sauront nous apporter beaucoup de plaisir sans forcement devoir attendre des années.

Quand on vous dit qu’on va vous simplifier le vin 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *