Sandra Rochel – Château Fortia

Sandra Rochel – Château Fortia

Lorsqu’on parle du Château Fortia, on parle de l’âme même de l’appellation Châteauneuf-du-Pape mais partons à la rencontre de Sandra qui en 2016 prend en main l’illustre héritage et relève le défi de répondre aux exigences actuelles, tout en préservant la tradition et l’esprit Fortia.

Qu’est ce qui t’a décidé à devenir vigneronne ?

Cette question est pour moi compliquée car il n’y a pas eu pour moi d’événement qui a déclenché cette envie ou passion. Depuis toute petite j’ai toujours voulu faire du vin, ne me demandez pas pourquoi, c’est comme ça. Ma mère a un jour retrouvé un écrit datant de l’école primaire où l’enseignant nous demandait ce que nous voulions faire plus tard, j’ai alors écrit : « chimiste-Œnologue », un mot que j’avais dû entendre à l’époque et que je savais certainement relier au vin. C’est un monde auquel d’ailleurs, je n’appartiens pas du tout à l’origine si ce n’est la goutte de vin rouge que mon grand-père versait dans mon verre d’eau pour me le faire « déguster ».
A la sortie de mon bac chimie, j’ai voulu rentrer dans la filière viti-oeno mais mes professeurs de l’époque m’en ont dissuadé prétextant que je n’étais pas assez compétente en mathématiques. Je me suis alors tournée vers l’agroalimentaire où mes études en alternance m’ont conduit à être responsable qualité dans une cave coopérative … un ennui … Je passais mes journées à regarder les cavistes travailler par la vitre de mon bureau qui donnait sur la cave et je me suis rendu compte que moi aussi je voulais être de l’autre côté de la vitre. J’ai  finalement passé mes deux dernières années d’apprentie Ingénieure Agronome au sein du Château Fortia où j’ai tout appris, de la vigne à la cave et où ma passion pour ce magnifique breuvage a enfin pu s’exprimer.
A la fin de mes études, je suis partie travailler trois ans à l’étranger : en Nouvelle-Zélande, en Australie et en Suisse pour voir d’autres techniques de vinification et d’autres façons de penser le vin.
En 2016 le gérant de Château Fortia m’a proposé de revenir au domaine et d’occuper le poste qui est le mien aujourd’hui : directrice vin et vignoble. Un domaine historique sur 32 ha situé sur l’un des plus beaux terroirs de Châteauneuf-du-Pape…Comment ne pas accepter ?
Ma passion pour la terre m’a fait prendre conscience d’une chose, tout se passe au vignoble ! C’est pourquoi mon intervention à la cave est minime. Il faut laisser parler le vin, l’accompagner doucement pour qu’il puisse s’exprimer totalement. En plus de mon métier de vigneronne qui est déjà assez complet, je participe à d’autres aspect de la vie du domaine : le marketing, la communication, l’administratif … bref on ne s’ennuie jamais !

Quelles sont d’après toi les choses qui ont changé le plus dans les 10 dernières années dans le monde du vin ?

Difficile de répondre pour moi car je suis toute jeune dans ce monde (8 ans) mais je pense que les futurs enjeux vont se jouer sur l’aspect écologique qui est clairement non négligeable et le réchauffement climatique qui va nous pousser à adapter nos pratiques, même si nous sommes déjà en retard par rapport à cela. Enfin, l’accroissement des vins du nouveau monde qui sont d’une qualité incroyable nous pousse à nous remettre en question, à nous réinventer et à ne pas rester sur nos acquis.

Parmi les vins que tu produis, si tu devais en choisir 1 seul, lequel choisirais-tu et pourquoi ?

Mon cépage préféré, avec lequel j’aime tant travailler autant à la vigne qu’à la cave car il exprime tout le travail qu’on lui apporte c’est la SYRAH, c’est pour moi la reine des cépages. J’ai pu la travailler avec ce cépage en France comme dans l’hémisphère  et à chaque fois je la redécouvre et en retombe amoureuse. Il n’y a pas une syrah qui se ressemble. Coïncidence, c’est le cépage qui s’exprime tout particulièrement bien sur le terroir de Château Fortia. J’ai d’ailleurs retrouvé des écrits du Baron Le Roy de Boiseaumarié (co-fondateur de l’AOC Châteauneuf-du-Pape et propriétaire du domaine) qui s’émerveillait de voir ce cépage s’épanouir si bien ici alors que le cépage dominant de l’appellation est notre magnifique grenache.
C’est pourquoi nous avons créé la cuvée Réserve en 2006, pour mettre en valeur cette magnifique variété. Cette cuvée confidentielle compte environ 3000 bouteilles dont l’assemblage se compose de 80% de syrah et 20% de mourvèdre. L’élevage se fait dans une cuve métal afin de préserver l’expression pure du cépage. Deux magnifiques parcelles de syrah se prêtent très bien pour faire cette cuvée, une année nous  choisirons la première parcelle, l’année d’après la deuxième. Lorsqu’aucune des deux parcelles ne nous donne ce que l’on attend pour faire cette cuvée, nous ne la ferons pas, tout simplement.

CÉPAGES : Syrah, Mourvèdre
CONSERVATION : 8/10 ans

DÉGUSTATION :
Servir autour de 16° – 18°C pour accompagner : viandes rouges, fromages, desserts au chocolat

Donne-nous 3 mots qui décriraient pourquoi tu fais du vin ?

Pour voir les petites étoiles dans les yeux des personnes qui le dégustent.

Donne-nous le nom d’un autre vigneron dont tu es fan et dis-nous pourquoi tu l’as choisi ?

Quelle terrible question, il y en a tellement. Je vais en choisir deux que j’ai eu la chance de rencontrer et qui m’ont tout particulièrement marqué.
Tout d’abord l’inoubliable Henri BONNEAU et sa salopette bleue qui, en plus de faire des vins d’exception était un homme d’une grande simplicité, toujours partant pour partager une anecdote.
Ensuite Christine VERNAY du domaine George VERNAY, une grande vigneronne à mon sens comme on en fait pas tous les jours, simple, engagée, passionnée et qui a su reprendre plus que haut la main le domaine de son illustre père et l’on sait à quel point il est difficile de se faire une place quand on passe après un grand vigneron, d’autant plus lorsqu’on est une femme (la réalité est bien là).
https://domaine-christine-vernay.fr/

Site du Château Fortia : https://chateau-fortia.com/fr
Route de Bédarrides BP 13, 84230 Châteauneuf-du-Pape

La série d’articles « CollectifVin1Un » est naît sur l’initiative de Nicolas Naigeon d‘Aveine afin aider les vignerons à traverser la crise du COVID19 par une mise à disposition des réseaux des influenceurs du mode viti/vinicole : #Collectif21.
Influenceurs ou vignerons, n’hésitez pas à rejoindre le mouvement.

https://www.aveine.paris/collectif21/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *