Patrick Dursent – Domaine de l’Architecte

Patrick Dursent – Domaine de l’Architecte

Ancien architecte, Patrick reprend la propriété en 2013. 14 hectares de vieilles vignes situés dans les collines des Aspres, dans le Roussillon et un leitmotiv : la vigne doit être considérée comme une culture pérenne, en respectant le sol et la biodiversité qui l’accompagne. Pour lui : « c’est une forêt d’un mètre de haut !« 

Qu’est ce qui t’as décidé à devenir vigneron?

J’ai commencé par me passionner pour le vin vers 30 ans… et chemin faisant j’ai constitué une cave très diversifiée sur toute les régions de France en allant chercher des pépites hors des sentiers battus, j’ai alors commencé à apprécier le travail et la passion de certains vignerons.
J’ai aussi découvert que j’avais un vrai palais de dégustateur, je mémorisais bien les vins et les souvenirs organoleptiques, ça m’a vite conforté dans ma passion. Et comme l’architecture est un métier passionnant mais épuisant j’ai imaginé cette porte de sortie vers 40 ans… il m’a fallut 7 années de réflexion, de rencontres avec des vignerons, de visite de domaines et de lectures techniques pour enfin me sentir prêt et le projet réalisable.
Le décès de mon père survenu rapidement en janvier 2013 m’a fait prendre conscience combien la vie est courte et qu’il faut vivre ses projets sans attendre. J’ai donc mis en œuvre un plan d’action pour que cela puisse se faire… et dès 2014 je sortais mon premier millésime entièrement vendangé et vinifié par mes soins !
Quelle joie, quel plaisir, quelle fierté !
Depuis l’aventure continue !

Quelles sont d’après toi les choses qui ont changées le plus dans les 10 dernières années dans le monde du vin?

Pour moi le monde du vin à radicalement changé et particulièrement ces 3 dernières années. Quand je me suis lancé plein d’espoir en 2014 le vent était en train de tourner et tous les marqueurs de mon business plan sont devenus obsolètes très vite
La consommation a changé, les gens sont moins curieux ils restent très souvent dans l’achat de marques… par exemple un très bon rosé ne se vendra pas si ce n’est pas une marque (Puech-haut, Lafage, Minuty…), les restaurants n’en voudront pas non plus.
La grande distribution qui était leader dans la vente et tirait vers le haut à travers les foires aux vins en proposant des découvertes et des grandes bouteilles s’est tiré des balles dans le pied en voulant combattre l’émergence des rayons vins à prix cassés de chez Lidl, Leader-price et autre Netto… du coup ils ont perdu leurs clients au sens propre comme au sens figuré… pourquoi acheter un vin 18€ alors qu’il en existe à 9€, à 6€ et même à 3€ ???
Donc sur ce canal de vente (la GD traditionnelle) qui faisait 85 % des ventes la notion de prix a disparue… ce qui à totalement fait couler les ventes des petits producteurs et encore une fois réalisé une concentration vers les marques qui peuvent assurer des volumes à petit prix et sortir des cubi sans perdre trop d’argent.
Le vieillissement de la population nous à également fait perdre beaucoup de consommateurs, tous ceux qui avait « une cave » qui achetaient le vin par 12 ou 24 ne commandent presque plus de vin pour des raisons de santé lié à l’âge et donc ne renouvellent plus leurs achats…
L’évolution des modes vie vers le plus « healthy » aboutie également à une consommation plus occasionnelle (au verre et sur le week-end). Si l’on pense qu’un ménage type consommait 5 à 7 bouteilles par semaine et qu’aujourd’hui il n’en passe qu’1 à 2 bouteille sur le week-end, nous constatons une évaporation de la demande de l’ordre de 60 à 80 %, c’est ce qui à mis les cavistes en difficulté (la vente à l’unité) et explique qu’ils ne prennent plus le risque de rentrer un nouveau vigneron (encore une fois concentration vers les marques).
Même les salons des vins (type Vignerons Indépendants, ou Vins et Gastronomie) sont devenus des pièges à trésorerie et ne font plus vivre que les organisateurs…
Sur ces salons, pour l’avoir vérifier ces trois dernière années, les ventes s’émoussent d’année en année, les vignerons font de « l’épicerie » et vendent à la bouteille au lieu de vendre par cartons. Les cartons sont passés à 6 bouteilles au lieu de 12 à quand les cartons de 3 ???
Les vignerons s’inventent de nouvelles activités « oenotouristiques » qui occupent mais ne payent pas, certain se lancent dans le gin, la bière pour se diversifier… c’est bien la preuve que tout le monde pédale dans la semoule…
Bref le monde du vin est en crise en France, et le système semble aller vers la concentration dans les grandes marques à petit prix. A mon sens les petits domaines qui veulent survivre doivent se hisser sur des marchés de niche et de luxe dans l’ultra-qualitatif, c’est ce que j’essaye de faire avec mes cuvées en amphores et en travaillant avec des tables étoilées !

Parmi les vins que tu produis, si tu devais en choisir 1 seul, lequel choisirais tu et pourquoi?

La cuvée « Les Marcassins »
Parce qu’elle est très aboutie, profonde et voluptueuse avec une finale longue et soyeuse.
Parce qu’elle est sentimentale : Les marcassins c’est le surnom que je donnais à mes trois enfants quand petits ils me mettaient la maison sans-dessus-dessous.
Parce que c’est une très belle bouteille, c’est un travail d’artisan, chaque bouteille est cirée, nettoyée au chiffon, habillée manuellement bouteille par bouteille, j’y mets beaucoup de passion…
Et parce qu’on me dit souvent « whaoo mais c’est excellent ! »

CÉPAGES :
Grenache-Syrah-Carignan

DÉGUSTATION :
Gibiers, Plats en sauces, Fromages et Desserts aux fraises et aux fruit frais

Donne-nous 3 mots qui décriraient pourquoi tu fais du vin?

Passion – Amour – Partage

Donne-nous le nom d’un autre vigneron dont tu es fan et dis nous pourquoi tu l’as choisi?  

Whaoo trop dur de faire ce choix… mais bon je dirai les frères Courbis dans la vallée du Rhône avec des saint-joseph inégalés !
Parce que la cuvée les Royes en Saint-Joseph rouge m’a scotché un jour en soirée repas-dégustation avec des amis après de très grands crus classés de Bordeaux (Haut-Brion, Ducru-Beaucailloux) et nous étions tous restés bluffés par ce Saint Joseph extraordinaire !
Parce que les Royes en blanc sont également superbes et que j’ai le souvenir d’une belle côte de bœuf qui accompagnait cette bouteille, parce que les prix sont restés accessibles dans les nouveaux millésimes et parce que je n’ai jamais été déçu par cette maison.
Et pour restez neutre dans mon jugement car je ne les connais pas personnellement !
http://www.vins-courbis-rhone.com/

Site du Domaine de l’Architecte : https://domainedelarchitecte.fr/
13 avenue Fauvelle – 66300 THUIR

La série d’articles « CollectifVin1Un » est née sur l’initiative de Nicolas Naigeon d‘Aveine afin d’aider les vignerons à traverser la crise du COVID19 par une mise à disposition des réseaux des influenceurs du mode viti/vinicole : #Collectif21.
Influenceurs ou vignerons, n’hésitez pas à rejoindre le mouvement.

https://www.collectif21.fr/

Un commentaire sur “Patrick Dursent – Domaine de l’Architecte

  1. Excellent article : la débâcle française est exposée sans fards, des perles de notre culture disparaîtront sans cette prise de conscience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *