Benjamin Gutmann – Château JOUVENTE

Benjamin Gutmann – Château JOUVENTE

Château Jouvente est avant tout une histoire familiale. Benjamin, ses 2 frères et leur père David sont propriétaires et associés. Le vignoble s’étend sur une surface de 8,7 hectares : 6,7 ha  de rouges et 2  ha de blanc, tout en graves, s’il vous plait, à Illats.

Qu’est ce qui t’as décidé à devenir vigneron?

Très bonne question.
Je ne suis pas issu du monde vigneron. Parisien d’origine, j’ai travaillé jusqu’à mes 30 ans pour l’administration dans les relations internationales. Mon père est un grand amateur de vin et avait comme rêve de jeunesse de posséder un lieu de production qui soit aussi un lieu de rassemblement familial.
En 2015, on saute le pas et on prévoit de rester 3-4 jours dans le Bordelais. Le premier domaine qu’on visite est Château Jouvente (8,7 hectares) et c’est d’ailleurs le dernier. On a un véritable coup de cœur pour cet endroit charmant, la qualité des vins et l’équipe technique (2 personnes seulement) qui expriment leur souhait de rester avec nous. Il s’agit également d’un domaine propice à l’oenotourisme, ce qui n’est pas négligeable. En effet, hormis les visites et dégustations, nous proposons un programme artistique au domaine et à Paris avec des expo, des illustrateurs, des slameurs, des concerts, des défilés de mode.

Donc à 30 ans, j’opère une reconversion professionnelle complète pour devenir le gérant de Château Jouvente.
Je reprends mes études à l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV à Bordeaux), je me forme aux côtés d’Olivier Bernadet, notre responsable technique.
J’avais aussi le profond désir d’entreprendre et mes perspectives dans l’administration étaient limitées. Je pense que c’est vraiment ce désir-là et mon amour du vin qui m’ont poussé à franchir le pas.
Le métier de vigneron est un des métiers les plus complets : connaissance de l’agriculture, connaissance de la vinification, management humain, marketing, commercialisation, partenariats, ponts à tisser entre vins et arts.
Un seul métier mais tellement d’aspects différents… 

Quelles sont d’après toi les choses qui ont changées le plus dans les 10 dernières années dans le monde du vin?

Alors, je n’ai pas une vision à dix ans mais je peux partager avec toi mes impressions. 
Le métier de vigneron doit répondre à une ambivalence : proposer un produit qui plaît à l’instant T alors que ce produit peut être consommer dans les 10 à 20 ans à venir. Je pense donc qu’il y a des effets de mode mais que le plus important est d’offrir au dégustateur une cohérence au travers des millésimes. Cela n’empêche pas d’être inventif et de sortir de la zone de confort. On le fait avec notre Rosé de repas « La Fontaine de Jouvente » ou avec notre cuvée exceptionnelle « La Cuvée Solal » réalisée en vinification intégrale.
Ces dix dernières années, j’ai l’impression que le consommateur est plus à la recherche de vin jeune, facile à boire, porté beaucoup sur le fruit pour le rouge ou la minéralité pour le blanc. Pour moi, la réalité comme le vin est plus complexe. Par exemple, je considère que l’apport d’un élevage en barriques est somptueux car il a la possibilité de sublimer un vin.
Mon métier consiste à comprendre ces tendances mais aussi à transmettre et à rendre le dégustateur curieux. Pour le Bordeaux, certains préjugés nous mènent la vie dure et j’ai comme devoir de les casser. Les vins blancs de Bordeaux, notamment dans les Graves, sont des vins à découvrir absolument ; les vins de Bordeaux témoignent d’une richesse insoupçonnée et ne peuvent pas être réduits aux crus classés ou aux bouteilles qu’on retrouve à 3 € en supermarché.
Aussi, il y a une tendance nécessaire à mener une agriculture responsable. C’est ce qui m’importe d’être « responsable » (pas d’herbicide, pas de CMR, suivi d’un programme en bio-contrôle). Inutile à partir de ce moment-là de cliver vins natures, vins bio et vin issus d’une agriculture responsable. Ce qui compte, c’est le goût et le plaisir qu’on en tire.
Je pense aussi que le consommateur, malgré quelques préjugés, est curieux et veut découvrir de nouvelles choses comme un élevage en amphore, des vins natures… C’est très bien parce que cela prouve la richesse de notre viticulture.

Parmi les vins que tu produis, si tu devais en choisir 1 seul, lequel choisirais tu et pourquoi?

Dure question. Je bois tous mes vins avec plaisir et sens critique !
Si je peux n’en choisir que deux, ce seraient ceux-là :

Mon Graves blanc 2018, puisqu’il est issu d’une production confidentielle (moins de 8000 bouteilles/an sur un peu moins de 2 hectares).
Il est le produit d’une vinification traditionnelle (batonnage sur lies) et se caractérise par sa richesse.
C’est un vin d’assemblage (sémillon, sauvignon blanc et gris, muscadelle) dans lequel chaque cépage est complémentaire de l’autre. Le sauvignon offre de la fraîcheur en bouche et des arômes d’agrumes en nez tandis que le sémillon déploie des fruits à chairs jaunes au nez et de la gourmandise en bouche. La muscadelle apporte un côté un peu fleuri.
Nous nous retrouvons au final avec un vin avec beaucoup de fruits, un côté un peu résineux/minéral et une formidable longueur en bouche.

CÉPAGES :
Sémillon 50%, Sauvignon 35%, Muscadelle 15%

TERROIR :
Argilo et Sablo graveleux

CONSERVATION : 5 à 10 ans

DÉGUSTATION :
Servir entre 8 et 10°C pour accompagner vos apéritif, coquillages, poissons et crustacés, viandes blanches et fromages de chèvre et de brebis.

La Cuvée Solal 2016 puisque mon fils est né pendant nos vendanges de merlot.
C’est une cuvée de 2.500 bouteilles pour laquelle j’ai beaucoup d’affection et qui est d’une grande richesse. Nous avons mené une vinification intégrale qui offre beaucoup de volume en bouche, des tanins fins et une complexité aromatique délicieuse (fruits rouges et noirs, un petit côté pâtissé, des épices). 

Donne-nous 3 mots qui décriraient pourquoi tu fais du vin?

Un métier exigeant, un métier qui offre du plaisir, un métier propices aux rencontres.

Donne-nous le nom d’un autre vigneron dont tu es fan et dis nous pourquoi tu l’as choisi?

Simon Ribert en Pacherenc que j’ai rencontré à Wine Paris en 2020 (mon voisin de stand). Son vin blanc est délicieux.
https://www.strateus-madiran.com/

Site du Château JOUVENTE : http://www.chateau-jouvente.fr/
Le Bourg, 93, 33720 Illats

La série d’articles « CollectifVin1Un » est née sur l’initiative de Nicolas Naigeon d‘Aveine afin d’aider les vignerons à traverser la crise du COVID19 par une mise à disposition des réseaux des influenceurs du mode viti/vinicole : #Collectif21.
Influenceurs ou vignerons, n’hésitez pas à rejoindre le mouvement.

https://www.collectif21.fr/

Un commentaire sur “Benjamin Gutmann – Château JOUVENTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *