Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage

Le mur de la réalité est parfois trop haut à franchir.
Malgré l’énergie, le temps et l’argent dépensé, nous ne réussirons pas à amener sur le marché le Caveasy One. 
Malgré la réussite de la campagne de financement participatif, les financements nécessaires pour passer à la phase industrielle sont trop importants.

Hardware is hard

Alors que faire? Que dire aux personnes qui nous ont soutenus, qui ont cru au projet? Et que se dire à soi même?

On convoque les citations “tartes à la crème” du petit monde des start-up et à grands coups de Nelson Mandela et de son “Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends”, on se console en se disant que l’on a appris des choses et on range tout ça dans un carton au grenier (ou à la cave).

Ou alors, et puisque on est dans les citations, on se dit que “Là où il y a une volonté, il y a un chemin”, que Thomas Edison, à qui on demandait ce qu’il pensait de ses échecs successifs, répondait “Je ne sais pas pourquoi vous parlez d’échecs. À présent, je connais 25 000 façons de ne pas faire une pile.”

Comme on n’en été pas au 25000ème essai, on a remis nos bleus de travail et ressorti le fer à souder et en route pour le Caveasy Two.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *